Cinéma

Cinéma d’Argoat
Lundi 23 août 2021 à 20h30
2 Films sur la culture bretonne en collaboration avec : « La belle Équipe »
Rivages court métrage de Sophie Racine qui précède le film
An alc’hwez aour (La clé d’or) documentaire de Mikael Baudu
en langue bretonne sous-titrée.
Entrée 5€00
Passe sanitaire obligatoire

Le court métrage qui précède le film autour de la langue bretonne est un film d’animation.
Une petite île au large des côtes bretonnes. Le temps est orageux, le vent souffle, les nuages sombres ont envahi le ciel. La lumière met en évidence, l’espace d’un instant, les silhouettes d’un arbre, d’une maison, d’un promeneur. Puis, l’orage éclate.
Au rythme du va-et-vient des vagues, ce film tente de fixer des instants fugitifs et de saisir des sensations. Un film qui fait appel aux sens, sur la mer, le vent, et la lumière pour prendre le temps de découvrir un petit bout de terre bordée par la mer. Une invitation à regarder ce qui nous entoure.

Dans ce poème d’Anjela Duval nous parle d’une clef d’or jetée au fond de la mer.
Une nouvelle génération doit la retrouver afin d’ouvrir les portes d’une tour où ils trouveront le trésor qui leur permettra de vivre à l’aise dans leur culture et leur identité. C’est une métaphore du destin de la langue bretonne au cours de ces 50 dernières années tel qu’il est conté dans ce film.
Dans les années 60 la langue bretonne était largement parlée dans les villages mais les parents ont cessé de la transmettre à leurs enfants.
De nos jours quelques 20 000 enfants l’apprennent dans les écoles bilingues, des dizaines de personnes suivent chaque année une formation continue afin de trouver un avenir professionnel en liaison avec le breton, la signalisation bilingue fait partie de notre paysage or pourtant la majorité des locuteurs a désormais plus de 70 ans même si une partie de la nouvelle génération s’est appropriée la langue.
Le breton est désormais visible mais son usage au quotidien se trouve limité à quelques écoles, associations, bars, entreprises en liaison avec les médias ou des villages où vivent principalement des personnes âgées.
Le regard des Bretons sur leur langue a changé, une évolution imperceptible qui est l’aboutissement d’une longue lutte pour une meilleure reconnaissance de la langue sur la place publique. Ce sont ces 50 années de combat que raconte ce documentaire au travers d’archives, l’éclairage d’historiens ou de sociologues et le témoignage de militants.

Er bloavezhioù 60 e veze komzet ar yezh ingal e kêriadennoù Breizh Izel, met chomet e oa a-sav ar bras eus an dud da gomz anezhi ouzh o bugale.
D’an deiz hiziv un 20 000 bugel bennak a zesk ar yezh e skolioù divyezhek. Pep bloaz e vez degadoù a dud o vont da zeskiñ ar yezh dre ar stummadur dibaouez evit ijinañ ur vuhez gant ur vicher nevez. Diaes eo beajiñ war hentoù pe e kêrioù Breizh Izel hep merzout panelloù divyezhek…